Chargement Évènements
  • 20 Sep 2020
    17:00 - 18:30

  • 15 rue Grignan 13006

  • 10€ à 18€

Voyage en Tapis Lyrique

  • Cet évènement est passé

20 septembre / 17 h 00 min - 18 h 30 min

RÉSERVATIONS EN LIGNE :

Le premier concert de la saison solidaire vous invite pour un voyage lyrique aux sonorités de l’Orient au profit de l’association la CIMADE qui vient en aide aux personnes en exil et aux mineurs isolés.

Recette reversée à 100% à la fin du concert !

Concert en partenariat avec Lyric’Opéra.
TEMPLE GRIGNAN – 15 rue Grignan 13006 Marseille – 20 septembre 2020 – 17H

Programme du concert

– “La Brise”, mélodie de Saint-Saëns
– “À Travers le désert”, extrait de “Marouf savetier du Caire” de Rabaud
– “Arabien mein Heimatland” (Arabie ma patrie), air de Fatime extrait d'”Oberon” de Weber
– “Chanson de l’hôte indien”, extrait de “Sadko” de Rimsky-Korsakov
“Samson et Dalila” – Saint-Saëns :
– “Amour viens aider ma faiblesse”, air de Dalila
– “Bacchanale” piano
– “Mon cœur s’ouvre à ta voix”, air de Dalila puis duo avec Samson

– “Kaddish”, mélodie hébraïque de Ravel
– “Prière de madame Prune”, extrait de “Madame Chrysanthème” de Messager
– “Krounk” (La Grue), mélodie arménienne de Komitas
– “Adieux de l’hôtesse arabe”, mélodie de Bizet
– “Cinq mélodies grecques”, de Ravel
– “La Fuite”, duo de Bizet

RÉSERVATIONS EN LIGNE :

Les artistes du concert

Lucie Roche – Contralto. Photo Copyright A.Régis

Lucie Roche est née à Marseille, elle y a suivi le cursus du conservatoire et étudié au CNIPAL (Centre National d’Insertion Professionnelle des Artistes Lyriques).

Elle est très vite invitée pour les rôles de : La Maman, La Tasse chinoise, La Libellule L’Enfant et les Sortilèges (festival d’Aix en Provence et Nantes-Angers opéras) ; Carmen (opéra de Daegu, Corée du Sud) ; Dulcinée Don Quichotte (opéra de Saint-Étienne) ; Waltraute et Grimgerde La Walkyrie (Grand Théâtre de Genève et opéra de Marseille) ; Dryade Ariadne auf Naxos (Théâtre des Champs Élysées et opéra National de Lorraine) ; Nicklausse, la Muse Les Contes d’Hoffmann (opéra de Saint-Étienne) ; Olga Eugène Onéguine (opéra de Rennes) ; la Princesse Clarice L’Amour des Trois Oranges (opéras de Dijon et Limoges) ; Madame Flora The Medium (festival de Sédières) ; une Fille Fleur Parsifal (opéra de Nice) ; Soeur Mathilde et Mère Jeanne Dialogues des Carmélites (Théâtre des Champs-Elysées et opéra de Bologna) ; la Première Magd Elektra (opéra de Marseille) ; la Troisième Dame La Flûte Enchantée (opéras de Toulon et de Marseille) ; Marie Moïse et Pharaon (opéra de Marseille) ainsi que Klementia dans Sancta Susanna de Hindemith avec le festival Musiques Interdites à Marseille.

En 2015 elle crée le rôle de la Mère au festival d’Aix en Provence dans le Monstre du Labyrinthe de Jonathan Dove sous la direction de Sir Simon Rattle.
En 2017 Hervé Niquet et Le Concert Spirituel l’invitent pour la recréation des Amants Magnifiques de Molière et Lully, en tournée en France jusqu’en 2019.

Elle a interprété lors de festivals et saisons symphoniques : L’Amour Sorcier de De Falla, Elias de Mendelssohn, la Missa Solemnis de Beethoven, le Requiem de Duruflé, la Petite Messe Solennelle et le Stabat Mater de Rossini, le Requiem et la Messe du Couronnement de Mozart, le Gloria et le Dixit Dominus de Vivaldi, le Stabat Mater de Pergolese, le Messie et le Dixit Dominus de Haendel, Les Sept dernières paroles du Christ de Haydn ainsi que les Knaben Wunderhorn de Mahler.

Parmi ses projets cette saison : la création de l’opéra Le Soldat de Plomb de Jérémie Rhorer au Grand Théâtre de Genève, rôle de La Princesse de la Lune ; Jeanne d’Arc au Bûcher au Festival de Pâques d’Aix en Provence ; La Missa Solemnis de Beethoven avec l’orchestre d’Avignon et des Pays du Vaucluse…

Carl Ghazarossian – Ténor

Né à Marseille, Carl GHAZAROSSIAN est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et de la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Il remporte en 1998 le Prix du Public et le Prix de la Musique française au Concours Henri Sauguet de Martigues et en 2000, le Premier Prix au Concours de Vivonne et le Prix Francis Poulenc au Concours de Mélodies du Triptyque de Paris.

C’est grâce à Jean-Claude Malgoire qu’il fait ses premiers pas dans la musique des XVIIe et XVIIIe siècles, à l’Atelier Lyrique de Tourcoing mais aussi en tournée en France et en Allemagne. Son interprétation d’Idamante dans Idoménée de Campra et Idomeneo de Mozart, unanimement saluée par la critique, séduit Marc Minkowski, qui l’invite à se produire au Grosses Festspielhaus de Salzbourg dans le rôle de Corydon dans Acis and Galatea de Haendel, lors du Festival de Pentecôte. Mozart devient alors son premier compositeur de prédilection. Le tandem JeanClaude Malgoire/Pierre Constant lui offre Don Basilio et Don Curzio dans Le nozze di Figaro à l’Atelier lyrique de Tourcoing et à l’Opéra de Rennes, Emmanuelle Haïm l’engage pour Don Curzio à l’Opéra de Lille et au Théâtre des Champs-Elysées (m. s. : Jean-François Sivadier), puis c’est à l’Opéra d’Avignon et à l’Opéra de Massy qu’il reprend ces deux rôles. Toujours avec Malgoire, il est Bastien dans Bastien und Bastienne au Théâtre du Châtelet.

Plus récemment, il a débuté à l’Opéra National de Bordeaux dans Lucio Silla (rôle d’Aufidio) et a chanté son premier Don Ottavio dans Don Giovanni au Festival des Nuits d’Eté de Corte. Au même moment, il commence à interpréter la musique de Monteverdi, d’abord à la Péniche Opéra, dans le Fil d’Orphée, spectacle imaginé par Philippe Beaussant et mis en scène par Mireille Larroche. Malgoire l’engage alors pour L’Orfeo (Pastor et Spirito) à Tourcoing et au Théâtre des Champs-Elysées. Puis c’est au Festival d’Aix-en-Provence qu’il reprend ces mêmes rôles dans la célèbre production de Trisha Brown, dirigée par René Jacobs. C’est donc tout naturellement qu’il en vient à incarner le rôle-titre de cette œuvre au Kunstfestspiele Herrenhausen de Hanovre avec Olof Boman à la tête du Solistenensemble Kaleidoskop et Alexander Charim à la mise en scène.

C’est dans l’opérette et l’opéra comique, particulièrement chez Offenbach – avec lequel il a fait ses débuts dans le rôle d’Achille, dans La Belle Hélène mise en scène par Olivier Desbordes – que sont appréciées « ses capacités vocales et scéniques exceptionnelles » (Christiane Itzel dans Opérette n°162, février 2012). Il a ainsi chanté Babylas dans Monsieur Choufleuri restera chez lui au Festival Off and Back de Venelles, Arthur dans Vent du Soir au Festival d’Etretat, Frontignac dans La Créole à Tourcoing et à La Réunion (dir. : Malgoire, m. s. : Christian Schiaretti), Gardefeu dans La Vie parisienne à l’Opéra de Metz et à l’Opéra de Massy, Le Prince Saphir dans Barbe-Beue à l’Opéra National de Lyon, puis les quatre Valets des Contes d’Hoffmann (dir. : Marc Soustrot, m. s. : Nicolas Joël) au NYE Opera de Bergen en Norvège, ainsi qu’à l’Opéra de Saint-Etienne et Nathanäel et Spalanzani des Contes d’Hoffmann, d’abord dans la production de Laurent Pelly à l’Opéra National de Lyon et en tournée au Japon, puis dans celle de Nicola Berloffa à Toulon. Avec la Compagnie des Brigands, il a incarné Bob dans Toi c’est moi de Moïse Simons au Théâtre de l’Athénée et en tournée dans toute la France. Plus récemment, on vient de l’entendre dans le rôle de Guy Florès dans L’Auberge du cheval blanc de Benatzky à l’Opéra de Metz et dans celui du roi Ouf Ier dans L’Etoile de Chabrier à l’Atelier lyrique de Tourcoing. Un enregistrement d’O mon Bel Inconnu de Reynaldo Hahn, réalisé par le Palzzetto Bru Zane et l’orchestre d’Avignon, paraîtra prochainement.

Par ailleurs, il explore depuis quelques années l’opéra du XIXe siècle, italien, français et russe: chez Verdi, Ruiz dans Il Trovatore et Gastone dans La Traviata à Marseille et Bardolfo puis Dottor Cajo dans Falstaff à Massy puis à Marseille et Monte-Carlo, chez Donizetti, Sir Hervey dans Anna Bolena à Toulon et à Marseille, chez Bizet, Le Remendado dans Carmen (m. s. : Jean-François Sivadier) à Caen, puis à l’Opéra National de Lyon (m. s. : Olivier Py), chez Delibes, Hadji dans Lakmé à Tours, chez Tchaikovsky, Triquet dans Eugène Onéguine à l’Opéra de Saint-Etienne. Dans l’opéra du XXe, il a récemment interprété Flute dans Midsummer night’s dream de Britten et Le Père dans Les sept Péchés capitaux de Weill à l’Opéra de Tours, L’Abbate di Chazeuil dans Adriana Lecouvreur de Cilea à Saint-Etienne et L’Incredibile dans Andrea Chénier de Giordano à Toulon. Sa musicalité et sa diction irréprochable dans de nombreuses langues étrangères en font un interprète de choix dans l’exercice difficile du récital. Accompagné par Emmanuelle Sanglar, Claude Lavoix, Marek Ruszczynski, Nicolai Maslenko ou David Zobel, il se produit au Festival de Saint-Céré, au Festival de la Vézère, au Festival de la Dame des Aulnes et à la Villa Arnaga (Pays basque), à la Maison de Claude Debussy et au Musée Maurice Denis (Saint-Germain-en-Laye), à la Villa Kérylos (Beaulieu-sur-Mer), dans le Foyer de l’Opéra de Lille, au Théâtre de Caen, ainsi que dans le Foyer Reyer de l’Opéra de Marseille, sur la scène du Grand Théâtre de Bordeaux et au Palazzetto Bru Zane à Venise.

A Paris, il a donné des récitals dans les Salons de l’Hôtel de Ville, à l’Hôtel Potocki, à l’Hôtel de Soubise et à la Fondation Bouygues. On a pu l’entendre en duo avec le harpiste Julien Marcou aux Journées de la Harpe en Arles, ainsi qu’au Festival de Gargilesse. Un enregistrement de mélodies sur des poèmes de Paul Verlaine pour le label Hortus, avec la complicité du pianiste David Zobel, sorti en 2015, a été salué par Renaud Machart dans la revue Opéra Magazine: « Carl Ghazarossian possède une voix racée, capable de pleins et de déliés, de sons charnus, d’exquis pianissimi. Sa ligne est impeccable et sa diction d’un rare raffinement d’intelligibilité. On croirait parfois entendre la perfection d’un Camille Maurane. » Parmi ses projets présents et à venir, on peut noter Don Quichotte de Massenet à Tours et Falstaff à Antibes, La Dame de Pique à Marseille, Eugène Onéguine et La Carmélite à Toulouse, ainsi que plusieurs récitals dans la ville rose.

Rémy Cardinale – Pianiste

Pianiste, piano fortiste, soliste et chambriste, Rémy Cardinale a développé un goût particulier pour l’interprétation des œuvres sur instruments historiques.
Il étudie au Conservatoire de Perpignan puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient ses premiers prix de Piano, Musique de chambre et Pianoforte.

Avec le violoncelliste Florent Audibert il enregistre pour le label Syrius les sonates de Brahms, les Fantasiestücke de Schumann et l’intégrale de l’œuvre violoncelle/piano de Fauré. C’est ensuite des sonates de Mozart et Beethoven qui le réunissent à la violoniste Hélène Schmidt pour un disque du label Alpha.

Chambriste effervescent il est membre fondateur du trio Pantoum et des Musiciens de Monsieur Croche.
Mais c’est en 2010 qu’il crée L’Armée des Romantiques. Cet ensemble a pour ambition de réinterpréter la musique de chambre du XIXe siècle en réutilisant les outils expressifs romantiques, tentant de se détacher le plus possible des affects néoclassiques. Cette volonté de s’écarter d’habitudes de jeu jugées trop “modernes” a pour but de retrouver l’essence expressive d’une musique qui mettait en avant la liberté et la sensibilité de l’interprète.

C’est en compagnie des violonistes Girolamo Bottiglieri et Raya Raytcheva, le violoncelliste Emmanuel Balssa et l’altiste Caroline Cohen-Adad, que Rémy enregistre le premier disque de cette armée bien singulière. Disque consacré à César Franck : le Quintette et la Sonate piano/violon, pour le label L’Autre Monde de Jean-Paul Combet.
Il sera suivi en 2019 d’un disque de Ballades, Nocturnes, Scherzi et Polonaise de Chopin : récital de Rémy Cardinale sur un piano Pleyel de 1841 (numéroté 8888). Un film documentaire “Pleyel 8888” du violoncelliste et réalisateur Sebastien Renaud est consacré à l’enregistrement de ce dernier disque et suit Rémy à travers la France jouant sur de nombreux pianos historiques.

Sur la chaîne YouTube de l’Armée des romantiques vous pourrez retrouver diverses vidéos dont des entretiens de Rémy avec le musicologue Michel Faure.

 

L’association bénéficiaire 

 

La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions. Elle lutte contre toute forme de discrimination et, en particulier, contre la xénophobie et le racisme.

Quelques chiffres dans les Bouches-du-Rhône :    

  • Plus de 4000 personnes conseillées et accompagnées.   
  • 181 permanences.     
  • 125 bénévoles, 200 adhérents.-         
  • Plus de 25 associations et collectifs partenaires,

La Cimade (Comité Intermouvement Auprès des Évacués)

8 Bis Rue Jean-Marc Cathala, 13002 Marseille

www.lacimade.org

RÉSERVATIONS EN LIGNE :

  • 0 Jours
  • 0 Heures
  • 0 Minutes
  • 0 Secondes

Détails

Date :
20 septembre
Heure :
17 h 00 min - 18 h 30 min
Prix :
10€ à 18€
Site Web :
https://www.helloasso.com/associations/le-calms/evenements/voyage-en-tapis-lyrique

Organisateur

Le CALMS

Lieu

Temple Grignan
15 rue Grignan
Marseille, 13006 France
+ Google Map
Site Web :
Propulsé par HelloAsso